Les décharnés - Paul Clément

13:27 Delphine BEURNE 0 Comments


334 pages Novembre 2015 12,99 Euros
Résumé

"Une journée de juin comme une autre en Provence. Blessé à la cheville, Patrick, un agriculteur de la région, asocial et vieillissant, ne souhaite qu'une chose : se remettre au plus vite pour retrouver la monotonie de sa vie, rythmée par un travail acharné.

Mais le monde bascule dans l'horreur lorsque les automobilistes, coincés dans un embouteillage non loin de chez lui, se transforment soudain en fous assoiffés de sang... de sang humain. S'il veut survivre, Patrick doit non seulement faire face à ces démons qui frappent à sa porte mais aussi à ceux, plus sournois, qui l'assaillent intérieurement. Et si cette petite fille, qu'il prend sous son aile, parvenait à le ramener, lui, vieux loup solitaire, dans le monde des vivants ?

Mon avis sur l'histoire

Rien ne peux plus me plaire qu'une invasion de zombies, et quand en plus de cela, l'histoire se déroule proche d'un milieu dans lequel je vis, je suis sous le charme. On attaque dès le début du livre, pas de passages à vide, on rentre dans la peau du personnage. L'histoire est bien menée et surtout elle est réaliste. Je pense que c'est ce qui m'a le plus tenu en haleine : son réalisme. On est pas dans une série américaine et cela se sent. On a le ventre noué et on fais défilé les pages avec impatience, pour connaître notre sort. 

Mon avis sur les lieux

C'est un point essentiel à aborder car nous voilà en France. Je pense que c'est ce qui m'a le plus donné envie de lire ce livre. Je vis en pleine cambrousse auvergnate et même si l'histoire se déroule en Provence , je m'y suis retrouvé. Je connaissais ces paysages décrit à merveilles par l'auteur, et après une nuit de lecture , j'avais l'impression qu'un zombie allait me sauter au nez en allant chercher le courrier. 

Mon avis sur les personnages

Encore un gros point fort du livre, des personnages humains, pas toujours à la hauteur, pas toujours BADASSE , mais bien réel et avec un coeur (enfin, pas pour tout le monde) . Je me retrouve vachement plus dans Rémi , que dans Daryl Dixon de Walking Dead par exemple. Même si Daryl entre nous, c'est l'homme de ma vie (Daryl si tu passes pas là , j'suis dispo) ... 

En bref

J'ai ri, j'ai angoissé, j'ai même versé une larmichette mais surtout j'ai adoré ! On ne le lâche pas , on dort avec le souffle d'un zombie dans l'oreille croyez moi. Fermez à clé et plongez vous dans cette histoire merveilleuse...

Mon passage favoris
  
" Leurs régurgitations vocales transperçaient le plancher et déchiraient nos tympans pour venir enserrer nos cerveaux dans une étreinte accablante et perpétuelle. Si les poussées d'adrenaline qui m'avaient permis de tenir la veille ne faisaient plus effet depuis longtemps, la peur restait là. Une peur sale et poisseuse. Le genre d'effroi qui ne vous lâche plus et qui s'amuse, dès que vous fermez les yeux, à peindre sur vos paupières closes tous ces visages lugubres, ces dents acharnées, qui vous fixent à quelques centimètres sous vos pieds. "


Ma note : 19/20

0 commentaires: